enfant pas content

Y en a toujours un qui n’est pas content ? Je t’explique comment t’en sortir !

Ah les joies d’avoir plusieurs enfants… Le plaisir de voir que, quoi qu’on fasse, il y en a toujours un qui n’aimera pas le programme de la journée, la sortie du week-end ou le menu de ce soir 😅… Toi aussi, tu en as un (ou plutôt plusieurs) à la maison comme ça ? Car oui, en général, ce n’est jamais le même, ça tourne ! 🤣

 

Alors, pas de panique, je t’explique, dans cet article, comment se sortir de ces situations où, malgré tes efforts pour essayer de contenter tout le monde, eh bien, c’est raté, il y en a toujours un qui fait la tronche (et pas qu’à moitié !)… 😑

 

💡 1er conseil : On accepte l’idée qu’en tant que parent, on ne peut pas TOUJOURS répondre à TOUS les besoins de TOUS nos enfants

 

Oui, c’est dur, c’est frustrant, mais c’est comme ça.

 

Et finalement, ce n’est pas si mal.

 

Car accepter l’idée que l’on ne peut pas répondre à tous leurs besoins…

 

📌 nous rappelle (et leur rappelle par la même occasion) que nous sommes justes humaines, avec nos limites et nos propres besoins à écouter aussi ;

 

📌 leur permet de comprendre que l’on ne peut pas toujours avoir ce que l’on veut tout de suite et maintenant ;

 

📌 les aidera à affronter et à surmonter ce fameux sentiment de frustration que l’on ressent tous dans nos vies parfois.

 

💡 2ème conseil : On trouve des compromis avec ses enfants

 

C’est mercredi après-midi. Tout le monde est prêt pour sortir un peu et profiter du soleil. Muriel, du haut de ses 5 ans, aimerait beaucoup aller jouer au parc mais sa sœur, Solène 11 ans, trouve ça trop nullllll. Alors, on fait quoi ?

 

Eh bien, on essaie de trouver un compromis, on né-go-cie. Et parfois, chez moi, ça négocie sec ! 🤣

 

Au terme des négociations, on arrive généralement à un compromis :

 

✅ Ok, on va au parc pour faire plaisir à Muriel, mais avant, sur le chemin, on s’arrête à la bibliothèque pour que Solène puisse emprunter un livre.

 

✅ Ok, on va au parc, mais moins longtemps que prévu car Solène va recevoir une amie à la maison après.

 

✅ Bien évidemment, le compromis « On va au parc car c’est moi la mère et c’est moi qui décide » ne s’appelle pas un compromis ! 😅

 

💡 3ème conseil : On tente, contre vents et marées, de satisfaire tout le monde

 

➡️ Ma fille aime les spaghettis bolognaise mais mon fils déteste la sauce tomate ?

👉 C’est parti pour… une soirée pâtes au beurre où chacun ajoutera l’accompagnement de son choix.

 

➡️ Mon ainé veut finir son dessin animé préféré pendant que sa sœur s’endort dans le calme au milieu du salon ?

👉 C’est parti pour… prêter les écouteurs de maman (ou de papa !)

 

➡️ Le plus jeune aimerait beaucoup aller à cette fête foraine qui vient de s’installer dans la ville (et toi aussi 🤩) mais ton ainé trouve ça « archi nulos » ?

👉 C’est parti pour… inviter une ou deux copines à elle afin qu’elles s’amusent ensemble au train fantôme !

 

Je pense que je n’ai pas besoin de te donner d’autres exemples, tu as saisi l’idée, je pense.

 

💡4ème conseil : On fait preuve d’empathie

 

Eh oui, tu commences à me connaître, rares sont les occasions où je ne mets pas en avant l’importance de l’empathie et de la bienveillance à l’égard de son enfant. ❤️

 

Et l’empathie ne se présente pas sous une forme précise, dans un contexte particulier avec des mots bien choisis et appris à l’avance, non.

L’empathie, ça se partage au quotidien, sous diverses formes et dans différents contextes.

 

💡5ème conseil : On en rigole (si si, c’est possible !)

 

Oui, parce qu’après tout, pourquoi on ne pourrait pas en rire ?

 

Un exemple ?

 

Lorsque mes enfants ont des attentes et des besoins très différents au même moment, il m’arrive de leur dire, très sérieusement : « Je suis désolée, je n’ai toujours pas trouvé la solution pour me couper en deux/trois/quatre… (à multiplier selon le nombre d’enfants 😅). »

 

L’humour, dans nombre de situations, permet de…

✅faire baisser les tensions,

✅ désamorcer les conflits latents,

✅ mettre des mots sur certains non-dits,

✅ se rapprocher les uns des autres,

✅ favoriser la résolution de problèmes ou de désaccord (ce qui nous intéresse ici).

 

💡6ème conseil : On ne se laisse tenter ni par la diversion ni pas l’autoritarisme

Oui, je sais, parfois, c’est tentant.

 

C’est tentant…

 

·        De se dire à soi-même : « Mais ils ont quoi ces gosses ? Ils ne seraient pas en train de devenir un peu gâtés pourris là, à ne jamais être contents de rien ? »

 

·        De dire à son enfant : « Tu deviens capricieux, tu n’es jamais content, j’en ai marre ! »

 

·        De lui dire aussi : « Va manger ailleurs si tu n’aimes pas mes spaghettis bolognaise ! » (ça c’est la tentation autoritaire, je pense que tu l’auras compris ! 🤭)

 

·        De lui proposer sans cesse une alternative, une solution, une contrepartie : « Tu n’aimes pas le repas de ce soir/le programme de ce week-end/ ta place derrière dans la voiture/la couleur de tes draps, identique à ceux de ton frère [cocher la bonne situation ✅], attends, je vais trouver autre chose pour te contenter. »

 

C’est tentant oui… Mais non.

 

💡7ème conseil : On accueille l’émotion de l’enfant

 

🔎 Il pensait qu’on irait faire du vélo aujourd’hui mais le petit-frère est subitement tombé malade…

 

🔎 Elle avait imaginé un après-midi shopping mais la petite sœur a un spectacle de danse que l’on ne peut pas louper…

 

🔎Il avait enfilé sa tenue de foot pour aller au match mais sa sœur ne peut pas l’y déposer exceptionnellement…

 

Alors, il ou elle est…

👉 déçue ;

👉 en colère ;

👉 triste ;

👉 ou peut-être même les trois à la fois.

 

On ne rejette pas ses émotions, on les valide, on les reformule, on met des mots sur ses maux et on lui fait comprendre que ce qu’il ressent est tout à fait normal et qu’on aurait sans doute ressenti la même chose à sa place. ❤️

 

Tu n’es pas là pour changer ses émotions ni les effacer, ni les décrédibiliser. Tu es juste là pour l’aider à comprendre ce qu’il ressent et le rassurer. Et c’est déjà très bien. 🥰

 

💡 8ème conseil : On anticipe

 

Bon, soyons claires : on ne peut pas TOUT anticiper. On ne pouvait pas anticiper, par exemple, qu’il ne restait que du thon dans le frigo alors qu’on était persuadées qu’il y avait bien des steaks hachés.

 

·        Quelles sont les activités parascolaires prévues demain ?

·        Combien de temps vont-elles durer ?

·        Que vais-je faire avec le plus jeune pendant que le grand sera à son cours de karaté ?

·        Quel repas vais-je leur préparer ?

·        Si le petit voisin de 5 ans vient jouer à la maison avec ma fille, que vais-je faire pour occuper mon grand de 10 ans ?

 

On essaie d’anticiper certains événements du quotidien afin que chacun y trouve son compte, quelle que soit la situation.

 

Et si ça ne fonctionne pas ? 😩

 

Eh bien, je ne peux que te recommander de relire mon tout premier conseil, ici, là, tout en haut ! 🥰

 

Rassure-moi, chez toi aussi, il y en a toujours qui fait la tronche ? Raconte-moi tout ça en commentaires, ça m’intéresse ! 🥰

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lucie KEMACHE

Educatrice Montessori et maman de deux princesses en Instruction Famille, je vous partage mes connaissances et un bout de mon quotidien sur le blog pour vous aider à mettre en place la Pédagogie Montessori facilement à la maison.

POUR ME SUIVRE SUR LES RÉSEAUX

ma mum'letters

Rejoins une communauté de plus de 40.000 mamans qui reçoivent en exclusivité ma Mum’Letters chaque semaine avec de précieux conseils à appliquer au quotidien avec ton enfant

VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI...